RDC : RDC : Thomas Lubanga appelle à tourner la page noire des injusticesappelle à tourner la page noire des injustices

RDC

Après quatorze années d’emprisonnement respectivement à La Haye, au Pays-Bas, et à la Prison centrale de Makala, à Kinshasa, Jean-Chrysostome dit « Thomas Lubanga » retrouve, enfin, sa liberté.

Dès sa sortie du Centre Pénitentiaire, dimanche 15 mars 2020, le premier détenu congolais de la Cour Pénale Internationale a pris part à une messe d’action de grâce à la Paroisse Notre Dame de Fatima, à Gombe, en compagnie de ses familles biologique et politique ainsi que ses compagnons de lutte. A travers les bonnes paroles de l’évangile, l’aumônier de Makala a comparé cette dure épreuve de M. Lubanga à une traversée du désert qui, finalement, a fait de lui un homme nouveau.


Au cours de son séjour carcéral dans les prisons de La Haye et de Makala, Thomas Lubanga, apprend-on, est demeuré serein, rassembleur et très social. Ce faisant, un cocktail a été organisé à la fin de cette célébration eucharistique en l’honneur de sa libération.


L’aumônier principal de la prison centrale de Makala a centré son homélie sur deux dimensions. Il a, avant tout, relevé le fait que l’emprisonnement de Thomas Lubanga est quelque peu comparable à la vie de Jésus-Christ de par sa mort et sa résurrection. La prison, a-t-il expliqué, symbolisait pour Thomas Lubanga la traversée du désert, et sa relaxation fait référence à la résurrection du Christ.


Ensuite, le célébrant principal a exhorté l’assemblée de l’accompagner dans les ferventes prières, avant de formuler quelques conseils à l’endroit de Thomas Lubanga. ‘’Jésus sur la croix a pardonné, ainsi soyez l’artisan de paix pour tes frères et sœurs, à ta famille, à la nation. Evitez ceux qui ont toujours des discours de mépris et ouvrez votre cœur au pardon‘’, a exhorté le Père Julien, Aumônier principal à la Prison centrale de Makala.


Tourner la page…


Au nom de M. Jean-Chrysostome Lubanga Dyilo, Me Papy Serge Mayamba a souligné dans un discours que l’heure a sonné pour lui de tourner cette page noire caractérisée par des mépris et des injustices pour faire face à une nouvelle vie et un nouvel avenir. Dans son speech, il a précisé que M. Lubanga apporte son pardon à tous ceux qui, directement ou indirectement, ont collaboré à la survenance de cette circonstance. Dans la foulée, Me Mayamba a salué les efforts de patience et de la lutte menée 14 ans durant, des cadres et militants du parti de l’Union des Patriotes congolais (UPC).


Par ailleurs, le coordonateur de la Communauté iturienne de Kinshasa a transmis le sentiment qu’anime toute cette communauté de revoir l’un des leurs recouvrer sa liberté après 10 ans d’emprisonnement à La Haye et 4 ans à la prison centrale de Makala à Kinshasa.


Le 2ème vice-président du Sénat a, quant à lui, lâché quelques mots d’encouragement à l’endroit de son compagnon de lutte.
Au cours de la cérémonie d’accueil, Thomas Lubanga Dyilo a manifesté son satisfecit et témoigné sa gratitude envers tous ceux qui l’ont soutenu de près ou de loin durant cette épreuve si ardue, particulièrement sa femme, Mme Yvette Lubanga que d’aucuns ont comparé à Winny Mandela lors de l’arrestation de Nelson Mandela, et à ses enfants.


Après quelques citations, Thomas Lubanga a promis de trouver un cadre idéal pour un partage d’idées car, le moment ne lui était pas favorable, a-t-il estimé. ‘’Je trouverai une occasion pour partager avec vous un certain nombre d’idées et un certain nombre de sentiments, car aujourd’hui il m’est difficile d’aborder quoi que ce soit…‘’, a-t-il fait savoir.


Il y a lieu de retenir que Thomas Lubanga est l’initiateur de la formation politique Union des Patriotes Congolais (UPC), condamné par la Cour Pénale Internationale (CPI) à l’époque du Procureur Luis Moreno Ocampo, à une peine de 14 ans ferme, soit du 15 mars 2006 au 15 mars 2020, à la prison internationale de La Haye, au Pays-Bas, où il a passé 10 ans, et les 4 autres années à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. Il lui a été reproché d’avoir enrôlé des mineurs au sein de l’armée congolaise.


Cette cérémonie, il convient de le souligner, a connu la présence des honorables députés et sénateurs, les cadres et militants du Parti Union des Patriotes congolais (UPC) ainsi que la grande délégation de la Communauté Iturienne de Kinshasa (CIK) et celle de l’intérieur.
La Pros.

Infolinks In Text Ads