La justice britannique examine la demande d'extradition d'Assange vers les Etats-Unis

MONDE

Réclamé par les Etats-Unis pour avoir publié une masse d'informations classifiées, le controversé fondateur de Wikileaks Julian Assange s'efforce à partir de lundi de convaincre la justice britannique de refuser de l'extrader.


Considéré comme un héros de la liberté d'expression par ses soutiens rassemblés lundi matin devant la Woolwich Crown Court (sud-est de Londres), l'Australien de 48 ans risque jusqu'à 175 ans de prison aux Etats-Unis. Il a déclaré lors d'une audience préliminaire qu'il refusait de se "soumettre à une extradition pour un travail de journalisme qui a récolté de nombreuses récompenses et protégé beaucoup de gens".


Comme lui, son père John Shipton voit dans ces poursuites un grave danger pour la liberté de la presse. Il a dénoncé "l'oppression du journalisme" et "la malveillance incessante des autorités" envers son fils, avant le début de l'audience devant le tribunal, où se sont bruyamment rassemblés les soutiens d'Assange, dont des gilets jaunes français, pancartes en main demandant sa libération.


"C'est ce qui arrivera aux journalistes (...) si cette extradition politique de Julian Assange aboutit", a-t-il prévenu.
Détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh adjacente, Assange doit comparaître pour toute la semaine avant un ajournement de l'audience au 18 mai, quand elle reprendra pour trois semaines.


D'abord poursuivi pour piratage informatique, il a vu s'alourdir en mai dernier les charges pesant contre lui lorsque la justice américaine l'a inculpé de 17 chefs supplémentaires, en vertu des lois anti-espionnage.


Les Etats-Unis lui reprochent notamment d'avoir mis en danger certaines de leurs sources en publiant en 2010 sur Wikileaks 250.000 câbles diplomatiques et 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.


Parmi ces documents figurait une vidéo montrant des civils tués par les tirs d'un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007.