La fin des violations des droits humains dans les mines en RDC passera par le suivi de l’exploitation artisanale (WEF)

BUSINESS

(Agence Ecofin) - Selon un rapport du Forum économique mondial, l’exploitation minière artisanale et à petite échelle est la première cause de violation des droits humains dans les mines en RDC. Il faut ainsi formaliser l’extraction et former les mineurs, afin d’éradiquer le phénomène du travail des enfants.

Les exploitations artisanales constituent la principale cause de violation des droits de l’homme dans l’industrie minière en RDC. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport publié le 15 septembre par le Forum économique mondial (WEF), qui préconise une attention accrue envers ce secteur afin d’éradiquer définitivement le phénomène.

Dans le document intitulé « Making Mining Safe and Fair : Artisanal cobalt extraction in the Democratic Republic of the Congo », les experts du WEF notent que le travail des enfants se remarque surtout dans les exploitations minières artisanales et à petite échelle (ASM). La pauvreté est considérée comme l’un des vecteurs essentiels du phénomène, car les parents utilisent leurs enfants pour accroitre le revenu du ménage.

Pour y mettre fin, le WEF exhorte les entreprises qui s’approvisionnent en matières premières dans le pays à exiger la mise en place de normes de travail claires et respectueuses des droits humains. Il faudra également veiller à former les mineurs pour bâtir une industrie minière artisanale plus formelle avec notamment des sites d’extraction adaptés aux normes de sécurité. Cela favorisera un gain de productivité et l’amélioration de la situation économique des travailleurs, leur permettant de financer l’éducation de leurs enfants. Ces derniers ne seront donc plus obligés de travailler dans les mines.

Les critiques répétées des organisations de la société civile semblent porter progressivement leurs fruits. Après Glencore et Tesla qui ont rejoint l’initiative Fair Cobalt Alliance, ce nouveau rapport devrait inciter d’autres acteurs de l’industrie minière congolaise à œuvrer pour garantir un approvisionnement en matières premières sûr et responsable. Car, si la RDC est le leader mondial de la production de cobalt, 15 à 30 % du minerai extrait provient des ASM.