Victor Promontorio dit Seya Tshibangu : Premier docteur en Droit, premier avocat et premier bâtonnier congolais.

Partager

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Victor Promontorio est né à Kinshasa plus précisément dans la commune de Kintambo le 29 juillet 1912 de père italien et de mère congolaise. Lorsque celle-ci décède en 1919, le petit Victor est envoyé par son père en Belgique.

Il fait ses études secondaires à l’Institut Saint Louis de Bruxelles. Mais c’est à l’université de Louvain qu’il obtient son doctorat en droit en 1935.
A partir de 1936, il entame une carrière d’avocat au barreau de Bruxelles jusqu´en 1960. La même année, Promontorio participe à la Table ronde en qualité de conseiller politique de Jean Bolikango et de son parti  l’Assoreco (PUNA). A la veille de l’indépendance, le juriste est placé devant un dilemme : sacrifier sa vie professionnelle et  retourner au Congo ou rester avocat à Bruxelles.
L’amour pour le pays de ses ancêtres l’emporte. Seya Tshibangu rejoint Léopoldville où il est élu sénateur de la province de l’Équateur pour l’Assoreco.

Au sénat, Promontorio occupe le poste de Président de la Commission sénatoriale de la justice. C’est à ce titre qu’il participe en 1961 à la conférence parlementaire eurafricaine (Marché Commun) à Rome en janvier puis à Strasbourg en juin.
 
Dans la capitale, il prête serment le 14 août 1962. L’année 1963 voit la création du tout premier barreau du Congo indépendant celui de Léopoldville. Promontorio le chapeaute sûrement à cause de son expérience. Son nom se trouve dans le site de l’Ordre National des Avocats avec pour numéro ONA le 0001, car il est le tout premier bâtonnier congolais.

Avocat à la cour d’appel de Léopoldville, il écrit un livre: « Les institutions dans la constitution congolaise ». Cet  ouvrage paru chez Concordia en 1965 est à la fois un guide et un aide-mémoire pour ceux qui veulent connaître l’esprit et la lettre de la constitution de Luluabourg. Il est réélu sénateur dans la nouvelle province du Moyen-Congo lors des élections législatives organisées par Tshombe. Maître Promontorio monte au créneau en 1971 lors de la plaidoirie de Kudia Kubanza privé d’avocat dans l’affaire Licopa. La joute oratoire qui l’oppose à Léon Lobitsch Kengo tourne à son avantage. Quelque temps après, il rentre en Europe.

On doit au Bâtonnier Victor Promontorio notamment la mise sur pied de toutes les structures du Barreau : le fonctionnement pratique, le secrétariat, la trésorerie, le règlement d’ordre intérieur du barreau de Kinshasa, les procédures d’admission et disciplinaire, l’encadrement des stagiaires et le cours de déontologie. 
 

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *