À l'antiquité déjà, les commerçants apposaient des signes distinctifs sur leurs marchandises afin de les distinguer de ceux de leurs concurrents.

Des milliers d'années plus tard, cette pratique a évolué et a donné naissance au droit des marques. Un droit qui, à l'ère de la mondialisation et du commerce international, est au cœur de plusieurs enjeux.

Les réseaux sociaux et les médias de la RDC ont largement commenté le scandal sexuel qui éclabousse une personnalité publique de Kinshasa, à savoir le pasteur Mukuna Pascal. Sur fond d'allégations de viol et de complot politique, cette affaire repose sur une autre problématique que beaucoup semblent avoir perdu de vue : la gestion de succession et d’héritage.

Au terme de la réunion multisectorielle, le Gouverneur de la Ville de Kinshasa par  voie des ondes a annoncé verbalement la mesure portant l'obligation à tout Kinois de porter un masque à la place publique aux fins de lutter contre le COVID-19. Et que la Police Nationale sera disposée à faire exécuter cette mesure notamment en arrêtant tout contrevenant.

Au regard du code de la famille, les fiançailles sont une promesse de mariage. Elles n'obligent pas les fiancés à contracter mariage. Il s'agit en effet d'un accord purement moral qui ne fait peser sur les futurs époux aucune obligation d'ordre juridique.

En date du 02 avril 2020, par une déclaration du Docteur Jean-Jacques Muyembe, virologue congolais de renommée internationale et Coordonnateur du Comité de riposte contre le COVID-19, avait porté sur les devants de la scène, la question liée à un possible vaccin contre le COVID-19 dont la République Démocratique du Congo serait candidate.

Dans l’exercice de leurs activités commerciales, les commerçants entretiennent entre eux ou avec des tiers des relations contractuelles. Dans la pratique, les commerçants concluent des contrats commerciaux et ne sont pas à  l'abris des difficultés de paiement et de recouvrement.

Page 1 of 2